Potager et biodiversité

69 % des populations
d’animaux sauvages
ont disparu en 50 ans

Arnaud Gauffier de WWF

Saviez vous qu'il y a un lien étroit entre jardiner pour la biodiversité et faire son potager sans traitement, sans effort et avec un minimum d'eau?

 

 

L'intérêt de favoriser la biodiversité dans son jardin n'est pas uniquement de contribuer à inverser la tendance telle la Légende du colibri, mais bien de minimiser l'impact des ravageurs et des maladies sur nos potagères.  Cette action a un effet majeur sur la pollinisation sans quoi nous n'aurions peu ou pas de fruits et légumes.

 

Dans cet article je propose des clés pour augmenter la biodiversité de son jardin. Ce sujet me passionne en tant que coach jardinier depuis que j'ai commencé à cultiver mon potager en permaculture en 2015. A ce titre il m'a fallu trouver des alternatives pour ne plus traiter au prix de milliers d'heures d'observations des petits animaux sauvages du jardin jusqu'aux associations de plantes (sauvages ou cultivées)

 

Comme pour chacun de mes articles j'ai été à la rencontre d'un expert:  Théophile Tusseau animateur nature à LPO Anjou passionné par la faune. Cela m'a permis de mieux comprendre les interactions bénéfiques entre faune et flore.

 

 

Théophile Tusseau - Animateur nature à LPO Anjou

 

 

Avant de rentrer dans le vif du sujet c'est quoi la biodiversité?

 

 

Définition de la biodiversité

 

Selon l'OBF (Office français de la biodiversité) la biodiversité désigne l'ensemble des êtres vivants ainsi que les écosystèmes dans lesquels ils vivent. Ce terme comprend les interactions des espèces entre elles et avec leurs milieux.

 

 

Le contexte

 

  • 60% de la biodiversité à disparu en 40 ans
  • Sécheresses précoces et récurrentes d'année en année 
  • Au 1er janvier 2022 Interdiction pour les particuliers de détenir des pesticides
  • Imperméabilisation des sols liée à la pression immobilière
  • La plupart des jardins ne sont pas adaptés au réchauffement climatique et au maintien de la biodiversité

 

 

Quand les auxiliaires viennent en aide aux jardiniers

 

 

Les auxiliaires sont des petits animaux sauvages qui se nourrissent des ravageurs des cultures. Ils remplacent peu à peu les pesticides à condition de connaître et de répondre à leurs besoins afin de leur donner envie de rester dans votre jardin. Parmi les plus connus d'entre eux figurent coccinelles, hérissons, mésanges...

 

Pour les attirer il est indispensable de créer les conditions favorables dont ils ont besoins pour vivre et pas uniquement d'avoir quelques pucerons et limaces sur un artichaut ou une salade. En générale lorsqu'une maladie ou un ravageur intervient sur une plante ou une partie du jardin c'est qu'il y a un déséquilibre quelque part

 

C'est au jardinier de le repérer grâce à ses qualités d'observateur. Je dis toujours à mes coachés que pour attirer ses alliés  il faut s'assurer que ces derniers ont bien le gîte et le couvert et ce avant même l'arrivée du printemps.

 

 

 

Qui mange quoi?

 

Exemples d'auxiliaires et ravageurs du jardin
CULTURES RAVAGEURS AUXILIAIRES

Laitue

Limace, escargot Hérisson
Artichaut Puceron

Coccinelle, Chrisope verte

Buis Puceron, chenille, coléoptère

Mésange

Agrume Puceron, Araignée rouge

Syrphe

Fruitier Psylle

Pince oreille

Pelouse Taupe

Rapace nocturne

 

 

 

Comment attirer les auxiliaires?

 

Un jardin accueillant - SPG Graine Caillard

 

 

Offrir le gite et le couvert à ces petits animaux est déjà un premier pas. Si vous n'êtes pas du tout bricoleur il y a les nichoirs et hôtels à insectes commercialisés par certains fabricants comme SPG graine Caillard. Le mieux étant de les fabriquer soi même en mode éclaté en construisant par exemple de petits fagots (bambous, fenouil...)  à suspendre dans les arbres , des petits pots horticoles en terre cuite retournés avec du foin à l'intérieur ou encore des piles d'ardoises posées au sol à la verticale feront le bonheur des papillons. Les hôtels à insectes ne sont pas des hôtels formule 1 ou les animaux rentrent et sortent à chaque instant mais hivernent la plupart du temps et sortent aux printemps. C'est donc en fin d'été qu'il vaut mieux les installer dans les jardins.

 

 

Ne surtout pas apprivoiser les animaux sauvages

 

Les animaux sauvages ne sont pas des animaux domestiques. Chercher à les domestiquer les rend vulnérables et dépendants. Il ne faut surtout pas chercher à nourrir les oiseaux sauf en période de gel et de neige uniquement avec des mélanges de graines appropriés. En revanche vous pouvez leur donner à boire toute l'année en disposant de petites coupelles d'eau peu profondes que je vous invite à rincer régulièrement. Attention aux chats!

 

 

 

Laisser faire la nature

 

 

Les tontes

 

Réduire le nombre de tontes. C'est probablement le levier qui demande le moins d'effort et qui est le plus efficace pour attirer les abeilles. Espacez vos tontes printanières hebdomadaires à tous les 15 jours ainsi vous laisserez les pâquerettes fleurir pleinement et ferez le bonheur des abeilles qui polliniseront par la même occasion vos fruitiers. A savoir qu'un fruitier qui donne peu de fruits a souvent pour origine un manque d'insectes pollinisateurs. L'idéal étant de pratiquer des fauches tardives 1 à 2 fois par an.

 

 

Les Haies

Les haies champêtre ou bocagère représentent un précieux habitat pour les oiseaux qui vont pouvoir y faire une à plusieurs nichés par an et ainsi y trouver leur nourriture comme des baies, des insectes... C'est pour ces raisons qu'il ne faut pas tailler les haies entre le 15 mars et le 31 juillet 

 

 

Les friches

 

Garder des espaces du jardin ou la flore spontanée peut pousser librement sans que vous ayez à intervenir. Vous donnerez ainsi une vrai bouffée d'oxygène aux insectes et papillons. Il est également judicieux de ne plus passer le coupe bordure autour des arbres et des bordures. Les dites "mauvaises herbes" ont leur utilité dans l'équilibre des jardins et surtout la plupart d'entre elles sont comestibles. Je vous invite par ailleurs à étudier leurs vertus lors d'un de mes stages cueillettes plantes sauvages comestibles

 

 

 

Comment aménager son jardin en faveur de la biodiversité

 

 

Michaël Jaunet coach jardinier en Anjou
Michaël Jaunet coach jardinier en Anjou

 

Outre l'observation et lire des livres sur ce sujet, le moyen le plus rapide pour transformer ou aménager votre jardin en faveur de la biodiversité est de vous faire accompagner par un coach jardinier spécialisé qui vous accompagnera à domicile soit ponctuellement pour dessiner votre jardin avec des végétaux adaptés ou tout au long de l'année à travers un plan d'action au fil des saisons.

 

Participer à des sorties nature avec des associations comme la LPO (Ligue protectrice des oiseaux) peut être un très bon moyen pour mieux connaître la faune et la flore sauvage.

 

Postulez comme Bénévole pour des associations en faveur de l'environnement. Une action utile en faveur de la biodiversité mais aussi un bon moyen pour développer gratuitement ses connaissances et apporter vos savoir faire ou tout simplement votre savoir être. La LPO Anjou recrute

 

 

Michaël Jaunet

coach jardin à Angers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Contact: 06 81 25 71 85 -  Hébergé par Overblog